Avez vous pensé à l’histamine ? Bilan complet face à une suspicion

Avez vous pensé à l’histamine ? Bilan complet face à une suspicion

Migraines, maux de tête, vertiges, problèmes gastro-intestinaux (crampes, diarrhées, ballonnements), tachycardies, faiblesses musculaires, rhinites, dépressions, éruptions cutanées, rougeurs,  bouffées de chaleur, troubles du cycle chez les femmes…

  • Vous cochez certaines de ces cases, avec plus ou moins d’intensité ?
  • Vous avez remarqué que ce sont des symptômes variés, non spécifiques, qui ressemblent à des allergies ou à d’autres intolérances alimentaires.
  • Vous avez déjà lu ou entendu que tous ces symptômes pouvaient être causés par une substance appelée histamine ?
  • Vous avez peut-être retenu que notre propre corps produit cette histamine notamment au cours des réactions allergiques (d’où les symptômes qui minent l’allergie)
  • Vous avez aussi lu ou entendu que l’on pouvait atténuer ou au mieux faire disparaître ces symptômes par des exclusions alimentaires ciblées ?

 Pourquoi la « Low amine diet » ?

Comment expliquer l’impact positif de ce régime, « low amine diet »  (traduisez « régime avec des taux faibles en histamine ») ?  Il faut savoir que certains aliments sont plus riches en histamine que d’autres.  Il faut aussi garder à l’esprit que notre muqueuse intestinale est normalement équipée d’une enzyme appelée DiAmine Oxydase (DAO) qui dégrade l’histamine. En simplifiant, on pourrait dire que cette DAO est une enzyme de « détox » puisque l’histamine présente des risques « toxiques » pour notre corps.  Malheureusement cette « enzyme détox » peut être soit insuffisamment présente (« déficit d’enzyme »), déficiente (elle « travaille mal ») soit « débordée » par la charge de travail lorsqu’il y a trop d’histamine dans l’alimentation (ou d’autres substances appelées « amines biogènes » que la DAO doit « détoxifier » également). En conséquence, dans ces contextes de « déficit », d’inefficacité ou de surcharge de travail de cette « enzyme détox », le taux d’histamine augmente, passe dans la circulation sanguine et provoque l’ensemble des manifestations « allergie-like » décrites au début de cet article. Mais il y a d’autres explications à ce taux élevé d’histamine, nous le verrons plus loin.

histamine

Un régime d’éviction des aliments riches en histamines peut en effet régler partiellement ou totalement le problème (voir la liste proposée en fin d’article).  On peut d’ailleurs doser l’histamine dans les selles ou doser l’activité de cette « enzyme détox » dans le plasma sanguin. Cela permet déjà d’avoir une certaine idée de ce qui se passe et de suivre l’évolution de la situation biologique (taux d’histamine qui reste très élevé, qui diminue,  qui se normalise).  Quoiqu’il en soit le régime d’exclusion reste une grosse contrainte et il peut être difficile à tenir dans le temps. Certes, parfois la modération d’une consommation massive d’un aliment à forte teneur en histamine peut régler définitivement le problème sans trop de contraintes. Mais sinon, la seule stratégie d’éviction, qui est une démarche symptomatique, peut conduire à une impasse, car on ne recherche pas en profondeur la cause du problème.

Rechercher une dysfonction de « l’enzyme détox » DAO

Plusieurs pistes vont être à explorer pour déterminer la cause d’une intolérance à l’histamine. On peut déjà essayer de savoir si le problème est d’ordre génétique. A-t-on affaire à ce que l’on appelle un polymorphisme génétique ? De quoi s’agit-il ? C’est un concept très important en micronutrition. Il s’agit le plus souvent de variations génétiques mineures touchant un seul nucléotide dans un gène (soit une lettre changée sur en moyenne 30.000 lettres pour un gène!!). Une grande partie de ces variations (dites « SNPs » pour Single Nucleotid Polymorphism) sont sans conséquences. Ainsi, une faute de frappe dans la recette d’un livre de cuisine ne vous empêchera pas dans la plupart des cas de réaliser la recette correctement. En revanche, pour continuer l’analogie, si au lieu de 6 œufs il est indiqué dans la recette 3 œufs (faute de frappe avec variation d’un seul caractère) il se peut que le produit final soit légèrement modifié !! C’est ce qui se passe parfois avec les SNPs. Tous les gènes et donc toutes les protéines présentent des polymorphismes et donc une variabilité fonctionnelle. La DAO, cette « enzyme détox » n’échappe pas à cette règle! Ainsi chez certaines personnes (1% de la population caucasienne) cette enzyme est déficiente ou fonctionne mal (voire très mal), avec en conséquence une possible accumulation d’histamine et des taux sanguins trop forts amenant tous les symptômes de l’intolérance à l’histamine. On peut tester la présence de ce polymorphisme*. S’il y a de déficit ou cette faiblesse d’activité de « l’enzyme détox » il faudra, à vie, faire attention aux aliments à fortes teneurs en histamines et éventuellement prendre différents compléments alimentaires **

Exploration nutritionnelle et fonctionnelle globale

Si cette cause génétique est écartée, si la surconsommation d’un ou plusieurs aliments à forte teneur en histamine n’est pas présente, si la « low amine diet » ne donne pas ou peu de résultats,  il faut chercher ailleurs. Et c’est là que la démarche globale de micronutrition est intéressante. Car une intolérance à l’histamine peut apparaître dans de très nombreuses situations. La liste suivante est non exhaustive:

  • Une carence en cuivre. La DAO est une enzyme qui a comme co-facteur le cuivre. Ainsi une carence en cuivre induit potentiellement une baisse d’activité de la DAO et donc risque d’apparition des « symptômes à l’histamine ». Or, dans mes statistiques personnelles d’analyses nutritionnelles, 7 personnes sur 10 sont en dessous des normes santé pour le cuivre! Avec 1 patient sur 2 en vraie carence fonctionnelle ! Il ne faut pas hésiter à le faire doser et à le corriger (avec prudence, le cuivre étant pro oxydant à des taux trop élevés ! ).
  • Les forts taux d’œstrogènesvont faire augmenter les taux d’histamine. Toutes les situations d’hyperoestrogénie (absolues ou relatives) vont être à risque de « symptômes liés à l’histamine » (les troubles digestifs, migraines et anxiétés prémenstruels peuvent être liés à l’histamine). Sur des terrains déjà « limites » au niveau du taux d’histamine, l’hyperoestrogénie va être la goutte d’eau qui va faire déborder le vase ! en savoir plus ***
  • Même problématique pour le cortisol. Par un mécanisme complexe (stabilisation des mastocytes) le cortisol réduit la production d’histamine endogène. Ainsi dans le cas d’un épuisement surrénalien (stress chronique décompensé) avec une forte baisse de production de cortisol (ce qui arrive lors d’un burn ou burn-out par exemple) les taux d’histamine vont grimper induisant potentiellement l’apparition du cortège de « symptômes liés à l’histamine » (en plus des problèmes dus au faible taux de cortisol). Les analyses salivaires sont les plus fiables pour la biologie du stress, pour mettre en évidence excès ou déficit de cortisol.
  • Une dysbiose intestinale peut aussi engendrer une intolérance à l’histamine. Particulièrement une dysbiose de putréfaction qui conduit à la production d’amines biogènes (cadavérine, putrescine …). Ces dernières peuvent surcharger de travail « l’enzyme détox » DAO puisqu’elle est aussi en charge d’éliminer ces substances nocives. En conséquence, le taux d’histamine augmente avec les risques des « symptômes liés à l’histamine ». La présence de ce type de dysbiose peut être objectivée par l’analyse des métabolites urinaires (suivant le laboratoire on parle de MOU ou DMI…) ou par des marqueurs d’inflammation intestinale (Béta2 défensine).dys
  • Une insuffisance biliaire peut aussi conduire à des déficits d’activité de « l’enzyme détox DAO». Par plusieurs mécanismes, l’action de cette dernière est en effet favorisée par les sels biliaires. On peut suspecter cliniquement ce type d’insuffisance biliaire (selles grasses, difficulté de digestion des gras, problème pour remonter des taux de vitamine D malgré supplémentation bien conduite … ), mais on peut aussi le mettre en évidence grâce à un bilan des acides biliaires qui donne des informations intéressantes sur la synthèse des acides biliaires (carences de synthèse biliaire, difficulté de vidange biliaire … ).
  • Une inflammation systémique de bas grade augmente la production d’histamine. On doit considérer une « low amine diet », lorsque l’on retrouve une CRPus élevée avec des « symptômes liés à l’histamine» présents.
  • Très important également, la présence d’un leaky gutou hyperperméabilité intestinale, amène une baisse d’activité de la DAO, et donc risque de  symptômes à l’histamine ». Le leaky gut peut aussi être recherché par différentes analyses (LBP notamment pour la porosité du colon)…
  • Enfin, et c’est sans doute une des premières choses à considérer (même si cela arrive en dernier dans ma liste, parce que je voulais essentiellement parler des causes fonctionnelles), beaucoup de médicaments perturbent l’activité de la DAO ou sont libérateurs d’histamines. La liste est longue.

En conclusion, le régime d’exclusion des aliments riches en histamines (voir ci-dessous) ou libérateurs d’histamines (alcool, chocolat, fraises, tomates, œufs, bananes…) est loin d’être toujours la seule stratégie possible face à des symptômes d’intolérance à l’histamine. Une exploration globale, systémique, qui est au cœur de la démarche de micronutrition, va bien souvent permette de s’attaquer à la cause du problème (inflammatoire, intestinale, biliaire, hormonale …) avec en plus des « bénéfices collatéraux » … Ainsi, par exemple, régler un problème biliaire aura des répercussions non seulement sur l’activité de la DAO, mais sur la bonne absorption des acides gras essentiels, de la vitamine D, une meilleure digestion et meilleure flore intestinale (les acides biliaires éliminent les pathogènes dans l’intestin grêle), etc.  Qu’on se le dise !!

Bruno Mairet, Ingénieur en Biochimie, consultant et formateur en Santé Fonctionnelle

* Pour des recherches de polymorphismes génétiques – je propose de les faire réaliser aux USA – n’hésitez pas à m’envoyer un message. Pour les professionnels de santé ou professionnel du soin, j’ai créé une formation complète sur le sujet du polymorphisme – au sein de cette formation le sujet de l’histamine est bien sûr abordé.

** Il existe beaucoup de solutions pour gérer ces symptômes, mais ce n’est pas ici le sujet de cet article. Sachez cependant que cette « enzyme détox », la DAO peut se donner directement sous forme de compléments ;  la mélatonine (oui, vous avez bien lu, on lui découvre régulièrement de nouvelles actions, son rôle ne se limitant pas au sommeil !) donne de très bons résultats avec doses adaptées ;  la quercétine aussi est un antihistaminique naturel qui est très intéressant… et bien d’autres choses…

*** très bon article sur l’histamine et SPM

Bruno Mairet, Ingénieur en Biochimie, consultant et formateur en Santé Fonctionnelle

2 réponses à « Avez vous pensé à l’histamine ? Bilan complet face à une suspicion »

  1. Bonjour, je voudrais savoir s’il y a des spécialistes en France qui s’occupent de patients avec des problèmes de histamine. Merci

    J’aime

    1. Je prend en charge ce type de problème avec analyses à l’appuie

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :