Axe inflammation

L’inflammation: une guerre physiologique!

abstract-1868624_1920L’inflammation a mauvaise presse. Mais il faut bien retenir que c’est avant tout un mécanisme physiologique chargé de défense l’intégrité de notre territoire (l’inflammation c’est la guerre que nous menons lorsqu’il y a nécessité de se défendre contre un envahisseur) et d’assurer son bon état de fonctionnement (nettoyage). Ainsi, il ne s’agit pas d’éliminer tout processus inflammatoire dans notre corps. L’objectif en micronutrition en ce qui concerne l’inflammation est double. Premièrement, réduire le plus possible les causes de ce que l’on appelle l’inflammation chronique de bas grade. Mais également il s’agit de moduler ou atténuer la réponse inflammatoire qui est souvent trop forte. Voyons ces deux points.

Réduire les causes de l’inflammation de bas grade.

Qu’est-ce que l’inflammation de bas grade ? Il s’agit d’un niveau d’inflammation très faible dans notre corps qui n’est pas aussi élevé que celui qui peut se manifester dans le cas d’infection ou d’inflammation aiguë. inflamOn mesure cette petite inflammation grâce à un dosage que l’on appelle la CRP ultra sensible qui peut révéler des petits seuils d’inflammation (non détectables avec le dosage de la CRP standard). Pourquoi est-ce problématique d’avoir cette inflammation permanente de bas grade?  Car il a été montré que ce climat inflammatoire permanent favorise le développement de nombreuses pathologies chroniques comme les maladies cardiovasculaires, le syndrome métabolique, les maladies dysimmunitaires, neurodégénératives (Alzheimer,…), la dépression. Or, plusieurs causes  peuvent être à l’origine de cette inflammation chronique à de bas grade. Et c’est là que peut intervenir la micronutrition. Un leaky gut ou une dysbiose intestinale s’accompagne souvent d’inflammation. Un hyperinsulinisme ou un prédiabète. Le surpoids (la NASH est une maladie inflammatoire du foie qui se développe dans un contexte de surcharge graisseuse des cellules du foie- le foie gras) . Une charge toxique trop élevée (voir chapitre détox). Un stress oxydant. Comme vous pouvez le voir beaucoup des 9 clefs de santevous9 sont impliqués dans l’inflammation. En micronutrition on peut ainsi agir à différents niveaux pour faire disparaître cette inflammation chronique si dangereuse.

Moduler ou atténuer la réponse inflammatoire.

Notre mode de vie et notamment notre alimentation a créé dans nos organismes un climat inflammatoire hyper réactif (nous avons créés des « hyperactifs inflammatoires »!) . Plusieurs paramètres sont responsables de cette « hyperactivité ». Le principal étant à rechercher dans les huiles alimentaires que nous consommons. Cela peut surprendre! Quel rapport me direz-vous entre les huiles (les lipides en terme biochimique) et l’inflammation ? Ce ne sont pas toutes les huiles qui sont impliquées dans le processus inflammatoire mais essentiellement ceux que l’on connaît sous le terme Oméga 3 et Oméga 6. Prenons une image pour simplifier l’explication du processus qui est en réalité très complexe.

salmon-1238662_1920 - CopieVous avez déjà vu ces jeux de dominos qui forment des cascades artistiques et spectaculaires… Il faut s’imaginer que l’inflammation c’est un processus de ce type. Deux cascades très complexes. Une cascade de dominos rouge qui favorise l’inflammation (pro inflammatoire). Et une autre cascade de dominos bleus qui au contraire va atténuer l’inflammation. La cascade bleu c’est des Omégas 3. La cascade rouge c’est des Omégas 6. Dans les conditions de vie précédents les années 1960 (c’est à dire avant que l’industrie agroalimentaire commence à nous gaver – et à gaver nos animaux –  d’Oméga 6 ) ils y avaient dans notre alimentation autant d’Oméga 3 que d’Oméga 6 et les deux cascades s’équilibraient. La réactivité inflammatoire était « normale », « physiologique », équilibrée. Aujourd’hui, la cascade rouge domine tellement le processus  qu’une toute petite étincelle inflammatoire déclenche… un incendie! Ce déséquilibre est une des causes de cette explosion de maladies inflammatoires de tout type, et d’exacerbation des contextes d’inflammation chronique… Il faut le redire: nous avons besoin de l’inflammation, c’est un processus physiologique pour défendre l’intégrité de notre corps. Le problème c’est que nous « hyper réagissons » à toutes les  petites étincelles du fait du déséquilibre  Oméga6/Oméga3. Pour reprendre encore une image c’est comme si  en réponse à une agression nous faisions la guerre avec un bazooka, alors que le contexte ne nécessite qu’une bonne arme de poing! Cette hyper réactivité cause des dégâts importants dans notre corps (des dégâts collatéraux du à l’utilisation du bazooka!). Il faut donc absolument rétablir l’équilibre.

oméga 3-6En micronutrition le rééquilibrage du rapport Oméga 6/Oméga 3 grâce à l’alimentation est essentiel et va aider à améliorer bien des états inflammatoires. Des analyses nutritionnelles nous fournissent le rapport Oméga6/Oméga3 pour voir si il est nécessaire de le corriger et dans quelle mesure. Notre travail va consister à rétablir une physiologie normale au niveau de l’inflammation.

Pour en savoir plus voir l’article du blog « Oméga 3 fois mieux »